Juste quelqu'un de bien - Angéla Morelli

À trente-quatre ans, Bérénice n’a plus aucune certitude. Tout ce qu’elle croyait savoir sur la vie a pris l’eau, elle multiplie les amants, mais ne tombe jamais amoureuse et, cerise sur le gâteau, voilà qu’elle n’arrive plus à écrire une ligne, alors que l’écriture est sa raison d’être. Heureusement, elle peut compter sur les trois femmes de sa vie : sa mère et sa grand-mère, avec qui elle partage une jolie maison cachée au cœur de Paris, et Juliette, son amie d’enfance.
Mais ça ne suffit plus.
Bérénice n’a donc plus le choix. Elle doit enfin affronter les questions qu’elle a toujours refusé de se poser et accepter de faire une place… aux hommes de sa vie. En commençant par son père, dont elle ne sait rien, et par Aurélien, un homme surgi du passé, qu’elle vient de croiser et qui ne l’a pas reconnue.

Juste quelqu'un de bien - Angéla Morelli
Auteure : Angéla Morelli
Editeur : Harlequin
2017


Après avoir lu et beaucoup aimé La rencontre idéale (ou presque), j'ai voulu découvrir le nouveau roman d'Angéla Morelli, une des auteures françaises phares des éditions Harlequin. Juste quelqu'un de bien au vu de son résumé et de sa couverture canonissime avait tout pour me plaire, mais avec toutes les déceptions que j'ai en ce moment, je me suis lancée avec fébrilité !

Bérenice, lycéenne, fait la rencontre au cours d'une soirée d'Aurélien un bel étudiant qui lui offre son premier baiser. Quelques années plus tard, elle le rencontre de nouveau dans une boite de nuit, mais il ne se rappelle pas d'elle... Elle va le croiser plusieurs fois au fil des ans jusqu'à ce que ces deux âmes perdues fassent connaissance pour de bon.

Je ne vais pas faire durer le suspens plus longtemps... J'ai beaucoup aimé Juste quelqu'un de bien ! L'histoire, assez classique pour être tout à fait honnête, est magnifié par la plume d'Angéla Morelli. Elle a vraiment un style particulier qui lui permet de mettre de l'émotion et de l'intensité dans toutes les petites choses de la vie. J'avais déjà beaucoup aimé cet aspect du style de l'auteure dans La rencontre idéale (ou presque), mais là c'est encore plus fort et perceptible. La patte Morelli est là, et elle est bien agréable. Juste quelqu'un de bien est un roman qui se lit avec plaisir. Les personnages sont tous très attachants. Bérenice, sa mère Cassandre et sa grand-mère Ariane forme un trio haut en couleur qu'on adorerait fréquenter. Les femmes de la famille Spyros sont des vraies exemples et des héroïnes du quotidien. Elles ont un mode de vie et des habitudes extravagantes qui étonnent leurs interlocuteurs et agacent parfois, mais elles cachent toutes des blessures. Bérénice souffre de ne jamais avoir connu son père tandis que Cassandre n'a jamais refait sa vie après la naissance de sa fille et Ariane se remet douloureusement de la perte de son mari. J'ai beaucoup aimé aussi Aurélien. Comme Bérénice, on ne fait que de le croiser au début du roman, et on a un peu de mal à se faire une opinion mise à part qu'il a une sacrée mémoire de poisson rouge ! On apprend à le connaître en même temps que l'héroïne et comme elle, on craque rapidement. Lui aussi a vécu des moments difficiles. Il élève tout seul son fils Arthur depuis le départ de son épouse. Une relation très forte s'est instaurée entre eux et seule Bérénice arrivera à briser la carapace que s'est forgé le petit garçon.
Et pour finir ma chronique ne serait pas complète sans la mention du meilleur personnage secondaire : Haddock le perroquet ! Cet animal est à l'image de la famille Spyros : drôle et attachant. Il a toujours le bon mot au bon moment. J'ai adoré toutes ses interventions.

En conclusion, Juste quelqu'un de bien d'Angéla Morelli est le roman feel good par excellence. Il se lit avec le sourire aux lèvres et le cœur léger. Vivement le prochain roman !



Merci aux éditions Harlequin et Net Galley de m'avoir permis de découvrir ce roman.

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

 

Contactez moi !

Nom

E-mail *

Message *